Deux réunions sur la gestion des oies ont eu lieu au Danemark

Bonn, le 31 juillet 2017 - Les représentants des gouvernements des État de l’aire de répartition, les experts et les principales parties prenantes se sont réunis à Copenhague, du 15 au 16 juin, pour la 2ème réunion annuelle du groupe de travail international de l’AEWA sur la gestion des oies européennes (AEWA EGM IWG). L’Agence de protection de l’environnement du ministère danois de l’Environnement et de l’Alimentation a eu l’amabilité d’accueillir la réunion, qui a été présidée par M. Øystein Størkersen, représentant la Norvège.

Le groupe de travail international de l’AEWA sur la gestion des oies européennes est l’organisme principal de coordination et de prise de décision de la Plateforme européenne de gestion des oies (EGMP), qui a été mise en place par les États de l’aire de répartition concernés à Paris en mai 2016. L’EGMP a pour objectif d’assurer un état de conservation favorable à long terme de toutes les espèces d’oies et de leurs populations relevant de son mandat.

Lors de cette 2ème réunion de l’AEWA EGM IWG, les membres du groupe de travail ont décidé des prochaines étapes concernant les mesures de conservation et de gestion à mettre en œuvre pour la population de l’Oie à bec court du Svalbard (Anser brachyrhynchus) et de l’Oie des moissons de la taïga (Anser f. fabalis). Ils se sont également mis d’accord sur la voie à suivre par les groupes d’études spécialisés, le processus de remise de rapport du groupe de travail international (IWG) et les concepts de projets relatifs à l’examen des réglementations nationales sur la chasse, ainsi que sur la stratégie de communication et le plan de travail de l’EGMP.

Pink-footed Geese © Jari Peltomäki

Oie à bec court © Jari Peltomäki

 


Au début de la réunion, les participants ont approuvé la composition, le rôle et les responsabilités des délégations nationales. Le document d’orientation aidera les pays au niveau des activités de l’IWG et complétera le mode de fonctionnement, adopté lors de la 1ère réunion de l’EGM IWG en 2016.

Après la décision de la 1ère réunion de l’EGM IWG de mettre en place un groupe d’études dédié à l’agriculture, il a été décidé d’établir deux groupes d’études chargés spécifiquement des espèces – l’un chargé de l’Oie à bec court et l’autre de l’Oie des moissons de la taïga. Les États de l’aire de répartition des deux espèces sont encouragés à désigner des représentants qui rejoindront les groupes d’études. L’IWG a également adopté des mandats génériques pour les groupes d’études de l’IWG et un mandat spécifique pour le groupe dédié à l’agriculture. Entre autres rôles, le groupe spécialisé dans l’agriculture aidera l’EGM IWG à coordonner et à catalyser la mise en œuvre des activités liées à la gestion des oies et à l’agriculture selon l’EGMP.

Afin de fournir aux pays des conseils personnalisés sur la façon dont ils pourraient adapter leurs réglementations nationales sur la chasse aux processus internationaux de l’EGMP, il a été convenu qu’une législation modèle sera élaborée, pouvant servir de scénario idéal pour le bon fonctionnement d’un système de gestion adaptative. Ceci permettrait aux États de l’aire de répartition de procéder à un examen de leur propre législation régissant l’ouverture et la fermeture des saisons de chasse à l’oie, et la fixation de quotas, sans oublier le recueil de données de prélèvements.

En ce qui concerne l’Oie à bec court, le groupe de travail a reconfirmé qu’en offrant des possibilités de chasse durable en Norvège et au Danemark, l’objectif de gestion était de maintenir la population à 60 000 individus afin de réduire les conflits opposant les humains et les oies. En raison de l’augmentation de la population, il a été décidé de fixer les quotas de prélèvement à 36 000 individus pour la saison prochaine.

Pink-footed Geese © John Anderson

Oie à bec court © John Anderson

 

Pour l’autre espèce à l’ordre du jour – l’Oie des moissons de la taïga - pour la première fois dans l’histoire de la gestion européenne des oiseaux d’eau, les pays sont parvenus à s’entendre sur la façon de réduire la chasse afin de permettre à l’espèce de se rétablir. Le groupe de travail a souligné la nécessité de parvenir à un prompt rétablissement de la population de l’Oie des moissons de la taïga. En conséquence, le Danemark, la Finlande, la Norvège et la Suède ont accepté un taux de prélèvement de 3 pour cent pour la saison à venir.

Avant la réunion de l’EGM IWG, l’atelier international sur la planification de la gestion des bernaches nonnettes (Branta leucopsis) s’est déroulé dans les mêmes lieux du 12 au 14 juin, également sur l’invitation du ministère danois de l’Environnement et de l’Alimentation et de son Agence de protection de l’environnement. Lors de cet atelier, les États de l’aire de répartition ont examiné les objectifs d’un Plan de gestion international par espèce sur la base des menaces identifiées pour les populations en rapide augmentation de cette espèce et des problèmes relatifs à cette augmentation. L’atelier a conclu en définissant un cadre de vastes objectifs qui sera élaboré plus avant lors d’un deuxième atelier planifié pour l’année prochaine, sur la base d’informations et de modèles supplémentaires compilés par le centre de données de l’EGMP.

Il est prévu que la troisième réunion annuelle du groupe de travail ait lieu à la suite du 2ème atelier sur la planification de la gestion des bernaches nonnettes, aux Pays Bas, à la mi-juin 2018.

Pour toute information supplémentaire, veuillez-vous rendre sur la page de la réunion ou bien contacter la coordinatrice de l’EGPM, Mme Eva Meyers.

 

Last updated on 15 December 2017

Type: 
News item
Species: 
Anser anser
Anser brachyrhynchus
Anser fabalis
Branta leucopsis
Species group: 
Birds