Le Groupe spécial convient de la nécessité de pénalités plus strictes et adopte une approche zéro tolérance afin de réfréner le massacre annuel de 25 millions d’oiseaux dans la région méditerranéenne

  • Les filets japonais utilisés pour capturer des oiseaux en plein vol s’étendent sur 700 kilomètres le long de la côte d’Égypte, où on estime que 5,7 millions d’oiseaux sont tués illégalement chaque année;

  • Environ 18 oiseaux tués au kilomètre carré chaque année en Italie, pire pays de l’UE en matière d’abattages illégaux;

  • Les abattages poussent les espèces au bord de l’extinction ; la tourterelle des bois sur la Liste rouge de l’UICN alors que le nombre d’animaux chute.

Le Caire, 14 juillet 2016 – Les gouvernements de la région méditerranéenne ont convenu de la nécessité de pénalités plus strictes et d’une surveillance accrue afin de mettre en œuvre une nouvelle politique « zéro tolérance » visant à lutter contre le massacre annuel de millions d’oiseaux migrateurs dans la région.

Environ 25 millions d’oiseaux sont tués chaque année dans la région méditerranéenne alors qu’ils migrent entre l’Europe et l’Afrique, entraînant le déclin rapide d’espèces, comme la tourterelle des bois, à présent au statut vulnérable, dont le nombre d’animaux a chuté de parfois 90 % dans certains pays depuis 2000.

Afin de freiner le massacre d’oiseaux migrateurs, abattus, collés à des bâtons ou piégés dans des filets, les gouvernements réunis en Égypte cette semaine se sont mis d’accord sur une série d’engagements politiques forts incluant un appel à des pénalités plus strictes et une surveillance accrue afin de lutter plus efficacement contre les délinquants. Cela inclue le déploiement de davantage de gardes-champêtres afin de décourager le braconnage.

Ces engagements ont été inclus dans la Déclaration du Caire adoptée aujourd’hui lors de la toute première réunion du Groupe intergouvernemental spécial chargé de s'attaquer à l'abattage, au prélèvement et au commerce illégaux des oiseaux migrateurs dans la région méditerranéenne, réunion organisée par laConvention sur la Conservation des Espèces Migratrices de la Faune Sauvage (CMS), un traité intergouvernemental administré par le Programme des Nations unies pour l'environnement.

« Les oiseaux sont traqués, capturés et massacrés à l’échelle industrielle lors de leur long voyage à travers la Méditerranée, » a affirmé Bradnee Chambers, Secrétaire exécutif de la CMS. « Ce massacre insensé provoque le déclin alarmant de nombreuses espèces. »

« Toutefois, ce ne sont pas uniquement les oiseaux qui souffrent. Des réseaux criminels internationaux tirent profit d’un commerce illégal qui s’étend du Golfe à l’Italie, affaiblissant la sécurité dans tous les pays de la région. La déclaration d’aujourd’hui au Caire envoie un message fort aux criminels en leur disant que ces pratiques barbares ne seront plus tolérées. »

Le Groupe spécial réunie les gouvernements des pays longeant la Méditerranée, dont la Syrie, l’Algérie, Malte et le Maroc, ainsi que des organisations internationales, l’Union européenne, des réseaux juridiques, des organisations de chasse et des ONG.

Les passereaux qui se reproduisent en Europe continentale et migrent vers leurs terres d’hivernage au sud du Sahara, ainsi que les pigeons, les oiseaux de proie et les oiseaux d’eau migrateurs sont tués en quantités effroyables dans toute la région. En Égypte, où l’on estime que 5,7 millions d’oiseaux sont abattus illégalement chaque année, des « filets japonais » érigés le long de la côte s’étendent sur 700 kilomètres. En Italie, pire pays de l’UE en matière d’abattages illégaux, environ 18 oiseaux sont abattus par kilomètre carré chaque année.

Alors que certaines communautés dépendent de ces oiseaux pour leur subsistance, les activités illégales sont en hausse et des criminels tirent profit de ce commerce extrêmement lucratif. Les oiseaux sont vendus à des restaurants, qui les proposent en mets délicats, gardés en captivité, vendus sur des marchés et attrapés pour la fauconnerie.

Passés en contrebande morts ou vivants, les passereaux, dont les pinsons, les pipits et les alouettes, constituent la grande majorité des oiseaux commercialisés. Les oiseaux de proie, en particulier les faucons, sont envoyés en majorité aux pays du Golfe persique, où la demande est en pleine croissance. Une grande partie de ces oiseaux capturés ne survivent pas au trafic. Nombre d’entre eux meurent en captivité.

Afin de sévir contre ces pratiques illégales, qui réduisent la biodiversité aviaire dans une grande partie de l’Europe et de l’Afrique, le Groupe spécial a identifié 20 zones sensibles principales de la région méditerranéenne où ces pratiques sont particulièrement prolifiques, dont l’Italie, Chypre, l’Égypte, la Syrie, Malte et le Liban.

Un récent rapport de BirdLife International identifie trois lieux spécifiques, à savoir la région de Famagouste à Chypre, la région du barrage de Menbej-Tishreen en Syrie et la région d’El Manzala en Égypte, où le nombre ahurissant de plus d’un demi-million d’oiseaux sont abattus illégalement chaque année dans chacun de ces lieux.

Bien que les mesures spécifiques visant à lutter contre les crimes à l’encontre des oiseaux vont varier selon les pays de la région méditerranéenne, le Groupe spécial a convenu de renforcer trois points clés dans le cadre de l’approche zéro tolérance par rapport à ce type de criminalité liée aux espèces sauvages contenue de la Déclaration du Caire :

Juridique

Les pénalités doivent être plus élevées, la législation renforcée et le nombre et la qualité des gardes-forestiers doivent être consolidés afin de pouvoir poursuivre en justice de manière plus efficace les criminels. Ces actions pourraient entraîner des bénéfices immédiats à l’approche de la migration d’automne.

Conservation et suivi

Des recherches ciblées doivent être menées sur l’abattage illégal des oiseaux afin de déterminer quelles espèces sont affectées, quelles sont les pires régions et quel impact ont les pièges le long des voies de migration des oiseaux. Certaines espèces peuvent être chassées légalement, comme la caille des blés ou la tourterelle des bois, mais la majorité de la chasse est pratiquée de manière illégale et non durable. Les parties prenantes ont évoqué l’utilisation d’un protocole de suivi afin de mesurer les tendances, de guider les mesures de conservation et d’améliorer les informations sur les abattages illégaux.

Éducation et sensibilisation du public

Il est vital de comprendre les facteurs sociaux, économiques et culturels derrière la capture d’oiseaux, en particulier dans les communautés qui en dépendent en partie pour leur subsistance. Des moyens de subsistance alternatif pour ces communautés ont été identifiés, tels que la pisciculture ou l’élevage de cailles. Par conséquent, des activités éducatives et une sensibilisation au sein des communautés locales, du public et d’autres groupes ciblés constitueront une priorité au cours des prochaines années.

Par ailleurs, le Groupe spécial a adopté un Programme de travail détaillé jusqu’à 2020. Un tableau de bord sera préparé afin d’en mesurer les progrès.

Le Ministre égyptien de l’Environnent, Dr. Khaled Fahmy, a déclaré : « Soyez assurés que nous prendrons soigneusement en compte les recommandations du Groupe spécial sur l’abattage illégal des oiseaux et que nous serons les premiers à les mettre en œuvre en Égypte. »

Cliquez ici pour de plus amples renseignements sur le Groupe spécial.

NOTE TO EDITORS

See here for more information about the Task Force.

A selection of photos to accompany news stories can be found here.

For a report that outlines the scale of the problem, please see here.

For more information, please contact:

Carmen Naves, Coordinator of the Task Force (MIKT), carmen.naves@cms.int, +49 172 23 05 906

Borja Heredia, Head of the Avian Species Team, UNEP/CMS Secretariat, borja.heredia@cms.int, +49 172 23 05 906

 

The European Commission were recognized as Champion Plus for their generous support and commitment towards addressing Illegal Killing, Taking and Trade of Migratory Birds in the Mediterranean for the period 2015-2018. This activity has been funded with the contribution granted by the European Commission under the Migratory Species Champion Programme and through the Global Public Goods and Challenges (GPGC Programme) Cooperation Agreements with UNEP.

 

Last updated on 31 January 2017

Type: 
Press release
Region: 
Africa
Europe
Threats: 
Unsustainable hunting and trapping
Species group: 
Birds