Une conférence internationale invite les gouvernements à lutter contre l’abattage illégal, l’empoisonnement et le commerce illicite des oiseaux sauvages le long de la voie de migration de l’Adriatique

Bonn, le 27mars 2018 – Organisée par EuroNatur et la Bird Protection and Study Society of Serbia (BPSSS, BirdLife Serbie), la 3ème Conférence sur la voie de migration de l’Adriatique a eu lieu du 19 au 23 mars 2018 au Parc national de Fruška Gora, en Serbie. Lors de cette réunion, les représentants du gouvernement de la Serbie et plus de 80 experts et membres d’ONG œuvrant pour la conservation des oiseaux, originaires de pays d’Europe centrale et du sud-est, ont présenté et examiné les résultats récents de la surveillance des populations d’oiseaux migrateurs, leur état de conservation, les dynamiques écologiques et leurs habitats dans la région de la voie de migration de l’Adriatique.

En qualité d’orateurs principaux invités, les représentants des Secrétariats PNUE/CMS et PNUE/AEWA ont présenté les développements récents constatés par le groupe d’étude intergouvernemental spécialisé sur l’abattage, le prélèvement et le commerce illégaux des oiseaux migrateurs dans la région méditerranéenne (CMS MIKT), et les mécanismes destinés à assurer les prélèvements et la gestion durable des oiseaux d’eau en vertu de l’AEWA.

« Bien que les mécanismes internationaux coordonnés par l’AEWA pour le prélèvement et la gestion durables des populations d’oiseaux d’eau ne s’appliquent pas encore aux pays de la voie de migration de l’Adriatique, des mesures importantes peuvent être prises dans la région afin de préparer les pays concernés à rejoindre ces initiatives dans l’avenir. Dans un premier temps, ces derniers devront étendre et renforcer leurs programmes de surveillance des oiseaux d’eau et recueillir des données complètes sur les prélèvements, sachant que ces ensembles de données sont essentiels pour assurer le processus de prélèvement durable. »

Sergey Dereliev, Chef de l’unité Science, Mise en œuvre et Conformité du Secrétariat PNUE/AEWA

Des réunions et des ateliers dédiés ont évalué les impacts de l’empoisonnement des oiseaux migrateurs et d’autres formes d’abattage illégal, et ont présenté les stratégies de travail employées par les ONG pour recueillir les données appropriées et aborder ces questions en collaboration avec les autorités nationales. Il a ainsi été signalé que l’empoisonnement délibéré et l’empoisonnent involontaire, concernant en particulier les oiseaux de proie et les vautours, ainsi que le commerce illégal ont des impacts dévastateurs sur les oiseaux migrateurs dans la région. Il y a tout lieu de croire que les activités d’abattage illégal se sont en partie déplacées, quittant les pays du pourtour méditerranéen pour s’installer dans d’autres pays de la région des Balkans, et que, par-delà les frontières, le commerce illégal florissant des oiseaux sauvages allant de pair avec ces activités pose un défi majeur aux autorités nationales responsables de la prise en main de ce type d’infractions liées aux espèces sauvages. En outre, les pertes d’habitats - tout particulièrement la dégradation et la perte de zones humides dues au développement agricole, aux infrastructures et aux activités liées au tourisme - constituent une menace importante pour la survie et la reproduction des oiseaux sauvages le long de la voie de migration. Les violations des réglementations du tourisme cynégétique et l’insuffisance de ces règlementations posent un autre problème.

Les projets de surveillance financés par EuroNatur dans la région ont révélé qu’au moins un tiers des 100 populations d’oiseau diminue fortement et de façon continue. En conséquence, les membres de la réunion ont adopté la déclaration de Fruška Gora qui exprime leurs vives inquiétudes quant aux impacts dramatiques de l’abattage illégal et de l’empoisonnement des oiseaux sauvages.  La réunion demande aux gouvernements des pays des Balkans d’intensifier leurs efforts pour s’attaquer à ces activités illégales sur la base d’une application appropriée des lois. Les États candidats à l’Union européenne devraient prêter attention aux futures obligations découlant de la directive Oiseaux de l’UE. Les délégués ont conclu que la coopération internationale des gouvernements et des parties prenantes, facilitée par les AME concernées, sera indispensable pour prendre en main ces questions avec succès.

Au cours de la conférence, des événements parallèles ont inclus une réunion consultative organisée par le Secrétariat PNUE/AEWA pour le gouvernement et les autres représentants de la Serbie et de la Bosnie-Herzégovine et portant sur l’adhésion à l’Accord et à sa mise en œuvre, une réunion de lancement du nouveau projet balkanique anti-empoisonnement (BAPP) coordonné par la Vulture Conservation Foundation (VCF) et financé par la Fondation MAVA, ainsi que le démarrage du 4ème projet 2018-2022 sur la voie de migration de l’Adriatique. La prochaine réunion examinera également de nouvelles études prévues sur l’abattage illégal des oiseaux, réalisées sous la conduite de BirdLife International. Par le biais du Fonds de partenariat de surveillance des oiseaux d’eaux mis récemment en place et d’autres projets en cours, EuroNatur et les ONG œuvrant en faveur de la conservation des oiseaux ont pour objectif d’intensifier et d’élargir leurs efforts en matière de surveillance et de conservation des populations d’oiseaux sauvages, et de la gestion de leurs habitats le long de la voie de migration de l’Adriatique.

 

Last updated on 20 April 2018

Type: 
News item
Country: 
Serbia
Region: 
Europe